• ● L'impartial en parle le 20.03.2014 "LA SECURITE"

    La sécurité

         Notre hebdomadaire « l’impartial » a programmé et demandé aux candidats de se poser des questions sur différents thèmes. (Les finances, le logement, l’économie et la sécurité). Cette semaine, dernières questions sur la Sécurité.

     l’impartial du jeudi 20 mars 2014

      

     Questions de Jean-Luc ROMET à Alain ROBERT :

     1) - Que prévoyez vous comme mesures pour améliorer le sentiment de sécurité des habitants lors des six prochaines années ?

     Alain ROBERT :  Les dommages ou incivilités subis sont toujours très marqués pour les personnes qui les subissent. Pourtant, vous avez raison d’évoquer le sentiment de sécurité, qui est une donnée plus subjective, mais bien réelle et à prendre en considération. En effet, la sécurité est un droit absolu, et l’Etat en est garant (par l’intermédiaire du Maire, qui le représente dans ses pouvoirs de Police ou la Gendarmerie). Le sentiment de sécurité repose lui sur la perception que la prévention et l’accompagnement des victimes sont suffisants.

          La prévention : elle passe sans doute par la présence plus affirmée de la Police Municipale auprès du public ou de la population plus sensible et plus touchée, elle passe également par la sensibilisation de tous, et notamment dans l’incitation à l’entraide et la solidarité entre voisins notamment.

         L’accompagnement des victimes : chacun vivant les dommages subis d’une manière différente, le pire est sans doute de banaliser ou minimiser ce que peuvent avoir ressenti les victimes. Prendre en compte leur sentiment à cet égard permet de le relativiser et d’apaiser leur crainte. Cet accompagnement des victimes est pris en charge dans le cas de délits ou crimes. (Associations auprès du Tribunal pénal). Pour les incivilités, une formation des policiers ou des employés municipaux sur ces aspects pourra améliorer la prise en charge et donc ce sentiment de sécurité.

      2) Qu’entendez vous par réorganisation de la police municipale ?

          Alain ROBERT : Nous n’avons pas évoqué de réorganisation de la police municipale. Nous avons deux employés communaux qui sont sous la responsabilité directe du Maire, qui nous paraît suffisant aujourd’hui, d’autant, encore une fois, que Romilly relève du secteur de la Gendarmerie. Ce sont sans doute les missions, la formation, ou l’accompagnement qui peuvent être revus pour être améliorés, pour justement, améliorer le sentiment de sécurité.

     

    Question de Maurice Jacob à Alain ROBERT : 

         Ne dit-on pas que la sécurité c’est l’affaire de tous. Le maire est un officier de police judiciaire avec peu de pouvoir. Il existe des moyens d’information de jour comme de nuit. Un policier municipal réside à 80km de notre commune avec des horaires à la carte.

          Persistez-vous à maintenir un état de protection selon l’ordre établi par la municipalité actuelle ?

         Alain ROBERT:  Cet employé municipal est tenu aux horaires de son contrat de travail, lequel le protège. En dehors de ses horaires de travail, il nous est interdit de nous intéresser à sa vie privée si celle-ci ne nuit pas à l’exercice de sa fonction au moment où il l’exerce. Si les horaires sont aménagés expressément pour son intérêt au détriment des besoins de la commune, on peut légitimement revoir ces horaires.

          Pour ce qui concerne le « peu de pouvoir » du Maire, en matière de Police, il nous paraît essentiel de compter davantage sur la Gendarmerie qui dispose de moyens bien plus performants pour sécuriser les habitants, enquêter ou arrêter les délinquants.

     http://www.limpartial-andelys.fr/

     Vous pouvez lire les réponse dans « L’impartial » du 20.03.2014 N° 7481

      cliquez  Copie impartial en PDF

    -----------------------------------------------------------------------

     Questions d’Alain ROBERT à Jean Luc Romet : 

     1) -  Les thèmes ont été choisis par l’Impartial, et ne correspondent pas forcément à l’ordre de nos priorités. A Romilly, la sécurité, comme le tourisme, sont des thèmes évoqués de temps à autre, et tout le monde l’admettra, après les autres thèmes. Toutefois, l’accroissement de population génère quelques troubles, des incivilités, et parfois un peu plus grave. Il est important de ne pas nier ce que cela occasionne à ceux qui les subissent. En même temps, il faut reconnaître que Romilly ne souffre pas de débordement. Il nous semble que la proximité, la convivialité, et l’implication du plus grand nombre est le meilleur atout.

         Ne pensez-vous pas que nous lutterons bien mieux contre les incivilités et petites délinquances et améliorant la prévention ?

     2) - Les cambriolages et les délits sont du ressort de la Gendarmerie Nationale, qui intervient à la demande des victimes ou de l’Officier de Police Judiciaire que le Maire est de droit. Afin de faire mieux connaître l’étendue des incivilités, contraventions, délits à la population, il pourrait être utile de solliciter régulièrement les statistiques à la Brigade de gendarmerie, et les communiquer dans le bulletin de Romilly, avec celles des ASVP. La connaissance de ces informations et le conseil des professionnels nous permettraient de prendre la mesure des besoins, et les décisions en concertation avec les Romillois.

          Pensez-vous utile de tenir une comptabilité semestrielle de ces faits actes de délinquance ?

     -------------------------------------------------------------

     Questions d’Alain ROBERT à Maurice Jacob :

     1) - Vous avez été Maire et avez donc eu à gérer des incivilités, dégradations ou autres petits et grands délits. Vous avez recruté deux Agents de Surveillance de la Voie Publique. Nous lisons aujourd’hui que vous pensez qu’ils ont mieux à faire que « surveiller les traversées des écoliers ».

             Quelles sont les démarches et missions que vous comptez confier aux forces de l'ordre qui ne sont pas réalisées aujourd’hui ?

     2) - La sécurité et la délinquance sont des thèmes peu fréquemment évoqués par les Romillois, mais qui prennent beaucoup d’ampleur par ceux qui ont subi les incivilités et la délinquance. Il nous semble que ce n’est pas tant la fréquence que l’importance qu’y portent les victimes qui est à prendre en considération. La Gendarmerie et les ASVP se répartissent les interventions en fonction de la nature et la gravité des actes.

           Comment pensez-vous peser plus auprès de la Gendarmerie sans lien hiérarchique, et pour quel résultat souhaité ?

     http://www.limpartial-andelys.fr/

     Vous pouvez lire les réponse dans « L’impartial » du 06.03.2014 N° 7481

     cliquez  Copie impartial en PDF


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :